Les hémagglutinines

Le terme « hémagglutinine » (hemagglutinin ou haemagglutinin en anglais) se réfère à une catégorie de substances ayant la propriété d’agglutiner les globules rouges du sang.

Cette réaction antigène/globules rouges peut donc être utilisée à deux fins :

  • pour identifier la présence d’indésirables porteurs d’antigènes particuliers (le virus de la grippe par exemple) sur des globules rouges à l’aide d’anticorps particuliers;
  • pour rechercher des anticorps particuliers à l’aide d’antigènes connus fixés sur des souches de globules rouges.

Il existe plusieurs types d’hémagglutinines :

  • les hémagglutinines du virus de l’influenza;
  • les hémagglutinines du virus de la rougeole ( measle en anglais) de la famille des Paramyxoviridae;
  • les hémagglutinines-neuraminidases des Respirovirus et des Rubulavirus responsables des parainfluenza;
  • les hémagglutinines-neuraminidases du Paramixovirus  responsable des oreillons;
  • les lectines du type phytohémagglutinines trouvées dans certaines légumineuses (haricots).

Les hémagglutinines  du virus influenza

Les hémagglutinines à la surface du virus de l’influenza actuellement connues se présentent sous 18 variantes différentes numérotées de H1 à H18. Le nombre de 18 désigne ce qui est aujourd’hui connu, puisque H16 n’a été découverte qu’en 2004, H17 en 2012 et H18 en 2013.

Il s’agit d’une glycoprotéine qui se lie avec l’acide sialique (sucre à onze atome de carbone) des cellules de la partie du tractus respiratoire ou des erythrocytes (ou globules rouges).

Les hémagglutinines H1, H2 et H3 sont souvent associées au virus responsables de la grippe humaines, mais des hemagglutinines H5 ou H7 ont également été detectées dans des cas de grippes chez l’homme.